Formation professionnelle

Formation professionnelle

Durée du projet : Décembre 2018 – 2021

Public cible : Adultes de 18 à 35 ans, déscolarisés précocement, subissant une forte pauvreté, et qui ont une famille à charge


Répondant au besoin sociétal de la ville de Bongor au Tchad, pour combattre le chômage, la pauvreté et la résignation, AKWADA souhaite mettre en œuvre un lieu d’apprentissage et de réintégration dans la société. Elle s’est d’ores et déjà dotée de formateurs compétents pour les formations qu’elle propose, et établit ce projet dans une véritable perspective de développement.

Le bâtiment, issu d’une conception bioclimatique adaptée à son environnement, sera intégralement construit par les apprenants des sessions de formation 2019,2020 et 2021.

Il deviendra un bâtiment modèle pour Bongor et pour le Tchad tout entier. Soutenir le centre de formation, c’est associer votre nom à une initiative de développement durable pour le Tchad, et contribuer à changer la vie des plus démunis de la province du Mayo-Kebbi-Est.

Crédit photo : Hervé VINCENT


Le public concerné par nos formations

Nos formations sont des formations communautaires, et le public visé est un public de personnes dîtes « démunies ». Nous qualifions les personnes « démunies » comme étant des hommes ou des femmes âgées de 18 à 40 ans.

-Qui ont dû abandonner leurs études (au primaire, collège ou au lycée) pour raisons sociales, par manque de moyens, ou par décrochage.

-Qui ont aujourd’hui une famille à charge.

-Qui ont parfois des problèmes d’addiction à l’alcool ou aux drogues.

-Dans certains cas, ce sont des jeunes diplômés, qui reviennent vers une formation professionnelle faute d’emploi.

Leur intégration est alors rendue difficile par leur absence de diplôme et la famille qu’ils ont à charge, rendant leur situation précaire, et leurs perspectives d’avenir nulles. De plus, les instituts de formation privés coûtent très chers, et leurs sont inaccessibles.

Nous nous adressons aux jeunes de toute la province du Mayo Kebbi Est, et nous travaillons en étroite collaboration avec les leaders locaux (chefs de communauté, chefs religieux), notamment pour le recrutement des apprenants, car nous considérons que ces leaders locaux sont les plus aptes à recommander des candidats qui sont en réel besoin de formation.

Nous envisageons alors une réinsertion sociale et professionnelle de ces personnes, en leur redonnant confiance en eux, en les aidant à se reconstruire, et en pariant sur une formation axée sur l’entreprenariat et l’auto emploi plutôt que le salariat. En effet, la situation économique du Tchad ne génère actuellement pas d’activité salariée, mais la délivrance d’une attestation de formation reconnue par l’Etat Tchadien permettra néanmoins aux apprenants de postuler à un emploi salarié si l’occasion se présentait.


Une formation adaptée au public cible

Nous adaptons nos formations à notre public cible, qui la plupart du temps a un niveau scolaire faible. Nous utilisons massivement une pédagogie participative, ludique et pratique. Nous concentrons notre enseignement sur le savoir-faire, en privilégiant la compréhension des choses plutôt que l’accumulation des connaissances théoriques. La rigueur, l’exigence de qualité dont font preuve nos formateurs permettent également de redonner une bonne hygiène de vie aux apprenants.

Nous ne nous contentons pas de former notre public cible, nous avons l’ambition d’améliorer leur existence. Chacune de nos formations longues dure 10 mois, cette durée est un bon compromis, assez longue pour enseigner un métier qualitativement, suffisamment courte pour toucher un public démuni qui ne peut pas se permettre de vivre sans salaire pendant une longue durée.

Il est à noter également que ETS WALANA paie 1000 FCFA / jour par apprenant en période de stage pratique, pour permettre à ces derniers d’assurer leur subsistance et celle de leur famille pendant toute la durée de la formation.

Enfin, chaque apprenant reçoit à la fin de la formation une boîte à outils contenant l’essentiel du matériel nécessaire lui permettant de démarrer le travail dès le lendemain de la remise des diplômes.

Crédit photo : Hervé VINCENT


Offre de formation

Akwada propose deux types de formation : les formations longues de 10 mois, et des formations plus courtes de moins de 3 mois.


Partenaires extérieurs

Akwada fait appel à des partenaires extérieurs pour l’aider à mettre en place la formation et le projet de manière générale :

-Clément DESBOIS, ingénieur génie civil français et volontaire de solidarité internationale, qui apporte son soutien dans l’organisation de la formation, la création et la réalisation du présent projet.

-Mélodie VERCASSON, infirmière puéricultrice française et volontaire de solidarité internationale, qui apporte son soutien dans l’organisation de la formation, son expertise pour les formations nutricartes, et dans la formation continue de pédagogie Montessori auprès des encadreurs de la petite enfance.

-Six garages de Bongor, qui accueillent les chauffeurs mécaniciens en stage.

-La délégation de l’infrastructure, qui donne des cours aux apprenants chauffeurs/chauffeurs mécaniciens

-L’association française l’APPEL Durance, qui participe à la mise en place de la formation nutricartes.

-La sécurité du territoire du Tchad, qui intervient dans la formation de gardiennage.

-La Croix Rouge du Tchad, qui dispense les formations de premiers secours.

-Vincent DESBOIS, ingénieur agroalimentaire français, et spécialiste du compostage, qui accompagne la formation de techniques agricoles.

-Les leaders locaux, qui font le suivi social des apprenants qu’ils ont recommandés.

-Les institutions Tchadiennes (mairie, préfecture, gouvernorat …) qui soutiennent moralement le projet, et facilitent sa réalisation, notamment avec la mise à disposition de terrains.

-UNISAD, une association de développement et centre de formation professionnelle tchadien, qui est cosignataire des attestations de formation.

Crédit photo : Hervé VINCENT


Contenu de la formation

Les modules de formation longue se découpent comme tels :

-Tronc commun (1,5 mois)

–>Renforcement des capacités en Français (écriture/lecture/prise de parole), en vue de permettre aux apprenants de mener une entreprise ensuite.

–>Renforcement des capacités en mathématiques (calculs/trigonométrie/règles de proportionnalité), comme prérequis à la compréhension de leurs métiers.

–>Dessin Technique (sauf pour secrétariat), pour permettre à l’apprenant de mener des projets, établir des métrés etc …

–>Entreprenariat/Établissement de devis/Prospection, pour apprendre à chercher des marchés, et les gagner.

–>Gestion des stocks/Comptable, pour permettre à l’apprenant de stabiliser son entreprise.

–>Management.

–>Recherche d’emploi/CV/Lettre de Motivation, de telle sorte à permettre également l’emploi salarié.

–>Secourisme.

-Cours spécifiques à chaque filières (1,5mois)

-Stage/apprentissage sur terrain (7mois)

Il faut comprendre que le tronc commun permettra d’apporter les notions essentielles pour mener une entreprise, ou à minima un auto-emploi. Une forte place est laissée à la pratique car nous avons la conviction que le public auquel nous nous adressons aura une compréhension facilitée par l’application pratique plutôt qu’à travers des cours donnés en classe.

La formation professionnelle est d’ores et déjà en place au sein du centre d’activité Akwada, composé de grands espaces polyvalents. Nous constatons aujourd’hui des limites dans nos possibilités, et la construction du centre de formation nous permettra de profiter des structures plus adaptées, plus sécurisées, pour qualifier les formations, et les inscrire dans la durée.

Crédit photo : Hervé VINCENT


Le centre de formation et sa construction

Le bâtiment est conçu bio climatiquement avec l’environnement local, profitant des vents dominants pour refroidir les pièces, mettant en œuvre des matériaux locaux, performants thermiquement, et permettant un déphasage thermique (stockage de la fraicheur la nuit pour la restituer la journée). A noter également la mise en œuvre d’une tour à vent, aussi appelée puit canadien pour profiter de l’inertie du sol et refroidir les bâtiments. De plus, une forte importance est donnée à l’orientation des bâtiments, pour s’exposer au minimum aux rayonnements solaires, associée à une forte végétalisation pour créer de l’ombre. Enfin, l’énergie nécessaire au fonctionnement sera produite par des panneaux photovoltaïques.

Pour prévenir les problèmes logistiques inhérents au Tchad, nous avons prévu la construction de grands espaces de stockage, adaptés au matériaux (espace de séchage du bois par exemple).

La construction du bâtiment sera assurée par la promotion 2019 des apprenants en bâtiment, chaque atelier polyvalent sera ensuite subdivisé pour laisser un espace à chaque formation (se référer à l’offre de formation).

Ainsi, les formations suivantes interviendront pour la construction du bâtiment :

-Maçonnerie / Charpente pour le gros œuvre.

-Soudure / Menuiserie métallique pour les nombreuses menuiseries métalliques présentes dans le bâtiment.

-Menuiserie Bois pour les quelques menuiseries bois, la charpente et les nombreux meubles à équiper.

-Finition bâtiment pour les chapes, crépis, peintures, carrelages et aménagements extérieurs.

-Électricité pour l’équipement solaire et l’installation électrique.

-Plomberie pour l’équipement sanitaire, et la tour à vent.

-Technique forage pour l’adduction d’eau du centre.

S’exprime ainsi ici la vision d’Akwada dans son intégralité : Profiter des projets d’investissements pour créer des projets respectant l’environnement, donnant ainsi des exemples de développement, tout en utilisant ces projets comme supports de formation pour ses apprenants.


Comment sera financé le projet ?

La politique de financement d’Akwada est la suivante :

-Financer les investissements, ici la construction du centre de formation et son équipement, par des bailleurs internationaux.

-Auto financer le fonctionnement, ici les formations, leur coût et leur matériel récurrent, les indemnités de stage et la masse salariale, par des activités génératrices de revenus, comme des marchés gagnés par ETS WALANA, la vente de créations des apprenants, les frais d’inscription (bien que ceux-ci soient négligeables sur le budget de formation – 6 %). Cet auto financement est long à mettre en place, et le financement de petits bailleurs internationaux est aujourd’hui encore nécessaire. Enfin, il est à noter que Akwada ne bénéficie d’aucun fond du pouvoir public Tchadien.

-Obtenir des avantages de la part de ses partenaires, nous citerons par exemple la réduction de 5% accordée en soutient à l’action d’Akwada par les commerçants de Bongor sur matériel et matériaux de construction, ou la mise à disposition gracieuse par la mairie de Bongor du terrain où se construira le centre de formation.

Crédit photo : Hervé VINCENT